Objet pub prestige : pourquoi monter en gamme ?

Campagne de communication de masse ou diffusion d’un message plus ciblé, voire personnalisé… La communication par l’objet écologique s’est adaptée aux différents projets des annonceurs. L’objet publicitaire vert a revêtu les formes variées du goodie, investi les domaines du textile, de la maroquinerie, de la technologie, de l’horlogerie et, bien entendu, de l’écriture et de la papeterie. Dans tous ces rayons, elle fait ressortir des cadeaux d’entreprise « prestiges ». Reste à savoir comment utiliser à bon escient ce levier de communication haut de gamme… Dans quelle circonstances les privilégier et quelles règles de prudence appliquer ?

Cadeau haut de gamme : le piège du prix à tout prix…

La valeur perçue compte davantage que le prix affiché

Une évidence s’impose d’emblée : le choix d’un cadeau haut de gamme ne doit pas être fait dans le but de marquer les esprits. Tous les acheteurs savent qu’il n’est pas nécessaire de dépenser pour convaincre, faire plaisir et proposer un objet qui dure. Un sondage mis en avant par la 2FPCO fait ressortir que seules 34% des entreprises consacrent un budget situé entre 30 et 60 euros par bénéficiaire. 38% consacrent un budget inférieur à 30 euros, sans préjudice pour le succès de leur campagne. Le choix du cadeau prestige ne doit pas être une question de prix, sensé faire de l’effet. La dépense doit en l’occurrence être perçue comme accessoire ou tout simplement annexe. Dès lors, quels ressorts justifient de consacrer plus de trente euros (et parfois même jusqu’à 100 euros et au-delà) à l’achat d’un cadeau d’entreprise ?

Cadeau prestige pour une personne de valeur

Le cadeau d’entreprise prestige ou haut de gamme convient aux opérations de communication ciblées, qui visent à entretenir une relation plus qu’à lustrer une image de marque. On utilise volontiers, pour ce type de démarche, les termes « cadeau d’affaire« . Certes, l’image de marque est associée de facto à leur valeur, volontairement supérieure. Mais c’est donc la valeur du destinataire qui compte le plus en l’occurrence : celle d’un collaborateur, d’un partenaire, d’un fournisseur… dont les qualités sont appréciées. La diffusion très large d’un cadeau d’affaires haut de gamme peut être contradictoire avec cet objectif assumé de l’orienter vers une catégorie restreinte de personnes. Naturellement, les choix proposés au moment de la commande de tels objets font d’ailleurs apparaître des « quantités minimales » bien inférieure à celles affichées pour des cadeaux de moindre valeur. Rien n’empêche donc de privilégier une telle approche.

Personnalisé ou individualisé ?

Quand la relation prime sur la simple communication, la personnalisation doit être mûrement réfléchie. Sans doute une certaine discrétion convient-elle mieux au « prestige ». La sobriété peut s’imposer dans certain cas, en optant pour une absence de marquage sous forme de slogan ou de logo trop « m’as-tu vu ». La piste de l’individualisation peut aussi être bonne à envisager, si cela fait sens sur l’objet choisi.